( 9 octobre, 2019 )

Congrès des centres de santé 03 et 04 octobre 2019

59 ème Congrès des Centres de Santé 03 et 04 octobre 2019

Quelques chiffres : en 4 ans , 27 % des patients ont vu augmenter la distance à parcourir pour accéder à un médecin généraliste. Les dépassements d’honoraires ont eux aussi continué leur progression : le tarif moyen d’une consultation à augmenté de 3,2% chez les médecins généralistes et 3,5% pour les ophtalmologistes, 5% chez les gynécologues.

A cause du numerus clausus , de la T2A , de nombreux enjeux de Santé Publique majeurs ont persisté ces dernières années et n’ont fait qu’entretenir la crise .
De loi en loi , sous prétexte de faire baisser les fractures sociales , d’enrayer la crise sanitaire , les moyens alloués en ville à l’égard des libéraux…..n’ont pas permis l’absence de déserts médicaux.
Les CPTS ( Comités Professionnels Territoriaux de Santé ) ont pourtant été saisis , ainsi que beaucoup d’appels à candidature laissés.
Pourtant , dans les campagnes comme dans les villes , si ce n’est plus grands encore dans les milieux ruraux , les déserts médicaux se multiplient, et la pénurie de l’offre médicale se fait plus forte pour des gens qui peinent à accéder aux soins les plus élémentaires.
Lors de ce 59 ème Congrès, en plus de promouvoir les actions des Centres de Santé qui sont en 1 ère ligne dans l’accès aux soins structurés, en interprofessionnalité, cette année sera l’occasion de parler coordination, ou bien du management d’équipe, des soins non programmés, de l’IVG par aspiration , des PMI, des CPEF ( Centres de Plannification et d’Education Familiale) integrés aux centres de Santé, des nouvelles prestations , ou bien encore des nouvelles collaborations avec les Centres Hospitaliers .
Une des clés expliquée par Fabien Cohen serait que les Centres de Santé devraient être associés aux hôpitaux de proximité, en leur donnant la possibilité de devenir des « gestionnaires » des Centres de Santé.
Le 20 juin dernier , l’accord conventionnel CPTS fut signé; en éffet, le développement et la généralisation de l’exercice coordonné des professionnels de santé et plus généralement de l’ensemble des acteurs sanitaires et médico-sociaux sur un territoire constituent un des leviers pour répondre à ces enjeux. Ce mode d’exercice permet de renforcer la prévention, l’efficience et la qualité de la prise en charge des patients, de faciliter l’articulation entre les établissements de santé, les établissements sociaux et médico-sociaux et l’ambulatoire pour assurer la continuité des parcours, de conforter l’offre de soins de premier et second recours, et enfin d’améliorer les conditions d’exercice des professionnels de santé.
Il est impératif de développer toutes ces coopérations de partenariats et d’étendre en tissant des liens de plus en plus larges afin de répondre aux besoins de plus en plus nombreux de l’accès aux soins .
Car seuls l’équilibre des Centres de Santé ne peut être que fragile .
Il est aussi important de réduire l’adossement des règles de financement des Centres de Santé à celles des cabinets libéraux.
Il n’y a en effet aucune légitimité à ce tel adossement , car il s’agit de deux modes d’exercice bien différents, d’autant plus que la transposition des éléments de rénumeration nouveaux des médecins libéraux est bloquée par l’absence d’actualisation de l’accord National .
Le secteur des Centres de Santé doit donc gagner son » autonomie » de règles de financement en mettant l’accent sur la part forfaitaire de rénumeration.
D’ailleurs d’après les derniers accords conventionnels , cette part à plus eu tendance à croître dans le libéral, alors qu’elle restait cantonnée pour les Centres de Santé.
mutuelle-21

Pas de commentaires à “ Congrès des centres de santé 03 et 04 octobre 2019 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|